· 

Tour du Manaslu - Le trek version XL

Se perdre pendant des jours, des semaines de marche pour mieux se retrouver à la fin de la boucle. C'est certainement une des vertus du trek au Népal.

Après la furieuse activité de Katmandou, la douceur de la campagne népalaise est un soulagement. Les prémices du bonheur à venir quand les journées de marche se seront accumulées pour nous faire aller toujours plus loin de la civilisation.

Ce trek a été réalisé avec l'agence "Sur les Hauteur".

Autour de Katmandou

C'est une sorte de bazar organisé ou pas ! Tout le monde se double, klaxonne, c'est frénétique.

Les rues sont un enchevêtrement de personnes, de véhicules, le ciel est zébré de câbles qui se répandent dans la plus grande anarchie. Mais ça fonctionne, ça circule. Les népalais vivent sur le pas de porte et les commerces s'étalent sur le trottoir.


Ghorkha

Enfin un peu de douceur. Après 8 heures de bus sur une des routes les plus encombrées du Népal pour quitter Katmandou, nous voilà enfin à la campagne. L'air est devenu respirable, la lumière dorée.

La nature n'est pas loin, les routes se transforment en pistes, puis en sentiers. Demain, c'est le début enfin du trek. Mais avant, une balade à la découverte des temples qui surplombent la ville s'impose.



Les femmes sont très élégantes. Les écoliers rentrent de l'écoles et rejoignent leurs villages perchés au dessus de Gorkha.

Premiers villages

Ce matin, c'est enfin le vrai départ du trek. Cela commence doucement, en traversant les hauteurs de Gorkha. Très rapidement nous rejoignons les pistes et les cultures en terrasse.


Chaque traversée de village est l'occasion de voir la vie quotidienne.


Pour nous accueillir, le habitants ce sont réunis sur la place en terre battue au centre du village. Danse, champs s'enchaînent tard dans la nuit.

Laprak

C'est le village de notre guide. Nous sommes reçus dans sa famille. C'est incroyable de se retrouver comme des amis aussi loin dans les montagnes. Nous mangeons à même le sol et partageons notre couchage avec la famille. 

Note : Depuis le village a été rasé par le tremblement de terre de 2015.

Voyage dans le temps

Aujourd'hui nous avons franchi définitivement les portes du temps. Je me retrouve des siècles en arrière. Tout ici est d'une époque que l'Europe a oublié depuis longtemps.


Samdo

Le dernier véritable village avant d'attaquer la montée jusqu'au Col. ici, c'est le grand décalage spatio-temporel deux le retour. Les hommes battent les céréales au fléau. Les femmes fabriques du fromages de chèvres qui sèche au soleil, fabriquent leur vêtement sur un métier à tisser. La Chine est juste de l'autre côté de la crête. La majorité des habitants sont des tibétains.

Dharamsala

L'étape est courte pour arrivée à Dharamsala au pied du Col Larke (5160 m).



Larke Pass (5160 m), mal à la tête mais pas aux jambes !

Je sais qu'il faut marcher lentement en altitude pour laisser le temps à l'organisme de s'acclimater. Mais ça fait des jours que je m'efforce de faire le yoyo tous les soirs. Je monte toujours plus haut en fin de journée pour redescendre et tenter de m'acclimater.

Aujourd'hui j'ai une forme d'enfer. J'attaque la montée à un bon rythme. Pas d'essoufflement, pas de mal aux jambes, bref ça roule.

 

Une petite voix me dit "tu devrais y aller tranquille". Mais non, c'est trop bon, je carbure super bien. Alors hop me voilà grimpant à un super rythme comme dans les Pyrénées !

J'arrive au col en premier toujours pas fatigué. Cool. Et là, boum, boum, BOUM, BOUM, un mal de tête de dingue. Cette fois, l'addition est arrivée. Un bout de 30 minutes je ne rêve que d'une chose descendre. 

 

Les 1400 m de descente seront nécessaire pour faire disparaître ce mal de crane effroyable. 


Aujourd'hui il neige !


Dernier jour avant le retour sur Katmandou


Information pratique

Ce trek a été réalisé avec l'agence "Sur les Hauteur". Une nouvelle version du tour du Manaslu existe depuis le tremblement de terre de 2015.

Écrire commentaire

Commentaires: 0