Traversée du plateau du Larzac en VTT

3 jours en autonomie en suivant le GR 71 et ses variantes

Le mois de juin me semblait parfait pour se lancer dans cette belle aventure. Traverser le plateau du Larzac en Vtt et en autonomie par les pistes et les sentiers, j'en rêvais depuis un moment. Alors c'est 3 jours c'était comment ?

 

Pour commencer, une traversée en vtt en autonomie c'est une organisation soignée de sa logistique car le poids devient vite votre ennemi sur les pistes et single track. Autant la descente se gère correctement, autant la montée peut être une épreuve de force dont vous ne sortez pas indemne.

Dans la remorque Aevon Kit L80, 3 jours d'autonomie pour tous les repas, une tente, un duvet, un matelas, un réchaud avec gamelles, cartouche de gaz et couverts, des vêtements de rechange et une paire de chaussure de trail en plus des chaussures VTT, un siège pliable ultra léger et un excellent livre (luxe absolu). Une frontale, un panneau solaire, mon téléphone portable qui fera office d'appareil photo. Une réserve d'eau de 3 litres. Un kit de réparation et une pompe. Mes affaires de toilettes réduites au minimum.

 

Verdict environ 18 kg avec la remorque : "trop lourd dans les montées techniques et ça pousse sérieusement aux fesses en descente raide !" Mais en même temps à part le livre et le siège je n'avais rien de vraiment non indispensable !

Remorque vtt  AEVON - traversée vtt larzac
Le contenu de la remorque AEVON pour 3 jours d'autonomie complète.

La traversée du plateau du Larzac en 3 étapes


Jour 1  - La Cavalerie - Le CUN

La Cavalerie
La Cavalerie

Quelques heures de route suffise depuis Toulouse pour atteindre La Cavalerie, le point de départ de cette traversée.

Je n'avais toujours pas décidé du sens dans lequel j'allais réaliser mon itinéraire. C'est le sens du vent qui a décidé pour moi ! 

 

Le vent assez violent sur le plateau m'a incité à remonter vers le Viaduc de Millau et ensuite à longer le plateau du Larzac dans sa partie Nord. Je devais ainsi éviter d'avoir trop longtemps le vent de face.

 

La traversée commence par une belle partie sur le plateau du Larzac aux airs de steppe. Les petites routes alternent avec les pistes très roulantes. Le vent de face n'est donc pas trop pénible.

 

Le GR 71 est assez bien signalé mais rapidement je comprends que certains passages vont être"rock'n roll". En effet pour éviter aux brebis de sortir des parcelles il y a des portillons, des barrières, des passages en chicane entre des barbelets.

 

Je dois donc détacher régulièrement la remorque et la passer par dessus les barrières. C'est parti pour quelques exercices de musculation pour bouger et soulever les 18 kgs de la remorque, suivi par mon Vtt.

 

Les autres jours me réserveront leur lot d'effort et d'énervement devant ces obstacles pas toujours faciles à passer en solo ! 

Traversée du plateau du Larzac en vtt
La traversée du plateau du Larzac en remontant plein Nord vers le Viaduc de Millau.

Après une partie très roulante, je m'engage toujours sur le GR 71 sur une section que je déconseille fortement si vous êtes chargés et avec une remorque.Je voulais avoir la vue sur le Viaduc de Millau et rester le plus possible sur de petits sentiers. Le single track du cirque du Boundoulaou de toute beauté permet de passer en descente même avec une remorque. Mais les montées sont justes "impossibles". Commence alors une belle bataille pour remonter le vélo et la remorque en poussant. Je sors victorieux de l'épreuve mais complètement rincé !

Viaduc de Millau du cirque de Boundoulaou.
La vue magnifique sur le Viaduc de Millau en remontant sur le sentier du cirque de Boundoulaou.

Le reste de la journée alterne des single track, des pistes, des petites routes. Je passe par le Cap de Coste (et sa très belle vue sur Millau,  Le pas Destrech (et ses belles forêts), pour atteindre en fin de journée St Martin du Larzac (minuscule hameau typique) et Les Baumes connu pour son abri troglodytique.

Les Baumes  et son abri troglodytique.
Les Baumes et son abri troglodytique.

Je n'ai croisé presque personne et je n'ai pas trouvé d'eau. Je m'arrête donc demander à la ferme des Baumes un peu d'eau car j'envisage de bivouaquer dans le secteur.

 

 

Je découvre en discutant qu'il y a un ecocamping juste à côté situé sur Le Cun. Le hasard faisant bien les choses, je décide de planter la tente ici.

 

L'écocamping du Larzac est situé au milieu de la forêt. Je m'attendais à rester "collant et sale " en improvisant un bivouac sur le plateau.

Me voilà avec une douche chaude. Il suffit de peu de chose après une grosse journée Vtt pour être content.

 

Pour agrémenter le repas et fêter dignement cette première journée, les bières locales me semblaient parfaitement appropriées.

 

Les bières de la ferme Brasserie Caussenarde rendent encore meilleurs mes plats lyophilisés.

Comme je trouve ma remorque trop légère, j'en garde une pour le lendemain !



Jour 2 Le cun - Gorges de la Dourbie - La Cavalerie

La journée commence par l'envie de descendre dans les Gorges de la Dourbie pour se faire plaisir. Il me faut ensuite remonter sur le plateau du Larzac pour rejoindre la Couvertoirade. Qu'importe, les pistes et single track m'attirent trop. Je décide de laisser la remorque sur le plateau pour descendre et remonter léger. Une excellente idée car la descente dans les gorges de la Dourbie sur La Roque de Sainte Marguerite est vraiment raide. Je n'arrive pas à freiner sur les aiguilles de pin. Pente trop raide et glissade sur le tapi épais d'aiguilles. 

Arrivée sur le single track à proximité de la Roque de Sainte Marquerite.
Arrivée sur le single track à proximité de la Roque de Sainte Marquerite.
 moulin de Corp -Gorges de la Dourbie
Le moulin de Corp dans les Gorges de la Dourbie.

Après avoir suivi une partie des Gorges de la Dourbie, la remontée se fait par la petite route qui permet de rejoindre Saint Sauveur. Un point d'eau situé près de l'église me sauve de la déshydratation. Je récupère ma remorque et commence la traversée vers La Couvertoirade. Je retrouve le plateau et ses vastes espaces ouverts. Il fait de plus en plus chaud.

Après avoir réussi à trouver de l'eau en repassant par La Cavalerie, je plonge à travers le plateau en direction de La Couvertoirade. Le GR 71 et ses variantes me servent toujours de fil conducteur.  Je décide de m'arrêter en raison de la chaleur. J'improvise un bivouac au milieu de nulle part.


Jour 3 La Cavalerie - La Couvertoirade

Cette fois la chaleur devient torride. La journée s'annonce compliquée pour gérer l'eau et la fatigue. Les pistes roulantes du début commencent à faire place à des sentiers plus étroit et recouverts de cailloux. J'économise l'eau et cherche l'ombre en vain !

La Couvertoirade  GR 71 en Vtt.
Arrivée sur La Couvertoirade par le GR 71 franchement caillouteux en Vtt.

Il fait tellement chaud que je décide de m'abriter dans le village. Un petit restaurant et sa terrasse ombragée me servent de refuge.

Rejoindre la voiture sous une telle chaleur pour terminer cette déjà longue journée me semble une mauvaise idée. Je décide donc de laisser le vélo à La Couvertoirade et de faire un peu de stop pour rejoindre La Cavalerie.

Écrire commentaire

Commentaires: 0