· 

Katmandou

Katmandou, c'est la vie turbulente, le mélange des bruits et des odeurs, c'est le douceur du matin, les sourires, la foule, les embouteillages, la pollution, les ordures, les vaches en liberté en plein centre ville, la toilette du matin dans les fontaines publiques, des dizaines de petits métiers qui s'exercent sur les pas des portes, sur le bords des rues.


Pour visiter Katmandou, j'ai adopté une méthode simple, ne pas avoir de méthode. Pas de guide papier ou humain, mais du hasard et des rencontres.

Au petit matin, je me lève tôt sans déjeuner, je prends à droite au hasard en sortant de l'hôtel et je marche à l'instinct dans les ruelles.

 

Avec le jour qui se lève, la ville se réveille et ses habitants commencent leur routine népalaise.


 

Se laver, prier, acheter de la nourriture, aller au travail, ouvrir sa boutique,...ça commence doucement puis ça monte, ça s'ébroue, ça se rassemble, se concentre et de façon aussi sure que le soleil se lève dans le ciel, Katmandou se remet à vivre !


Je me souviens encore des odeurs, des bruits, de la lumière et de ce petit frisson d'émotion...ça y est, j'y suis, je vis le Népal, je respire Katmandou. La faim me pousse vers les stands installés parfois à même le sol.

Je me régale d'une sorte de beignet. Parfois, je ne cherche même pas à savoir ce que je vais manger, j'essaye tout simplement.


Il est temps de rentrer à l'hôtel rejoindre mes compagnes de voyages pour visiter la ville le nez au vent.

Nous irons de ruelles en temple, d'échoppes en monuments, mais le plus important c'est de sentir pulser la ville.

Le soir nous rentrons sagement car demain matin c'est le départ matinal en bus pour rejoindre le début du Trek qui fait le tour du Massif du Manaslu.

Écrire commentaire

Commentaires: 0